Comme on se retrouve... | Isabella



 
Vous trouverez ICI un important message

Partagez|

Comme on se retrouve... | Isabella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Jack Dunskan
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 16
✤ Inscrit le : 03/05/2014
✤ Localisation : A Londres
Fiche RPG

MessageSujet: Comme on se retrouve... | Isabella Dim 6 Juil - 21:47

Comme on se retrouve


Les pieds sur la table, une tasse à la main, Jack écoutait distraitement cette grande tante, vieille femme qu'il connaissait depuis des années mais dont le mari avait refusé de recueillir le fil d'une catin.
Elle lui racontait sa vie en faisant la vaisselle, lançant de temps à autre une réplique à ses plantes vertes sur le rebord de la fenêtre. Madame Berny était morte la semaine dernière, laissant un maigre héritage à sa fille qui disait-on trompait déjà son mari et qui plus est attendrait un enfant d'un amant à Londres.
Les ragots des citadines n'intéressaient pas le Londonien qui pourtant appréciait cette petite dame aux cheveux gris et à la voix chevrotante. Cependant elle ne manquait pas de vitalité et de férocité. Elle n'était pas le genre vieille gaga à donner des bonbons aux gamins qui couraient dans la rue, mais plutôt à leur donner des coups de balais pour qu'ils débarassent le porche de sa coquette maison. Au moins son défunt époux lui avait légué tout son argent, et c'était une jolie somme. La grand-mère en donnait toujours un peu à Jack lorsqu'il venait lui rendre visite.

Aujourd'hui, il était venu parce qu'elle lui avait envoyé une lettre, lui demandant de rapporter une commande dans une boutique de la capitale. Heureusement qu'il avait volé auparavant une tenue de gentilhomme, sans quoi on l'aurait mis à la porte. Et le mieux, c'est que personne ne l'avait vu à la potence, en prison ou ailleurs et décrit comme un voleur. Ainsi, on ne le soupçonnait guère d'être un malfrat de la ville. Et c'était bien mieux comme ça.

La grande tante demanda une énième fois au jeune homme - pour elle en tout cas - s'il ne voulait vraiment pas passer la nuit à la maison. Comme il refusait, elle se planta devant lui et attendit qu'il vide sa tasse d'un coup.
Jack l'embrassa, reprit son chapeau et sortit dans l'avenue où la foule se pressait dans différentes directions, sans jamais demander son chemin à quiconque. Les apparences sont bien trompeuses.
La première fois que Jack était venu à Estbury, il avait pensé à une immense ville, alors qu'elle était relativement petite. Mais c'était un lieu charmant où il aimait bien passer une après-midi, lorsque son emloi du temps le lui permettait.

Il y avait dans l'air une douce odeur de pain sortant tout juste du feu. De l'autre côté de la rue, un groupe de dames en robes dignes de l'aristocratie bavardaient au sujet des derniers potins sans doute. Un homme bien habillé marchait devant elles, se retournant de temps à autre pour leur parler.
Un enfant tenait la main de sa mère, pointant de l'autre une boutique avec deux trois jouets. Bien sûr, madame l'entraînait sans se retourner.
Chacun s'activait dans son coin sans se préoccuper des autres. Les voitures tirées par des chevaux apparaissaient à une rue et disparaissaient dans une autre. Leurs passagers observaient au dehors ou agitaient un éventail devant leur visage pâle et leurs cheveux bien coiffés.
Des oiseaux faisaient un bout de chemin dans le ciel au-dessus de la grande rue pui filaient vers d'autres horizons en chantant gaiement.

Jack se mit à sourire et posa son chapeau sur sa tête avant de partir là où il avait attaché sa monture.
Et puis, tout à coup, alors qu'il marchait, il se stoppa net. Il ne venait pas de marcher dans une déjection, ou de manquer de se faire écraser par une calèche. Il n'avait pas non plus vu un fantôme, enfin, pas au sens propre.
Il avait juste retrouvé dans sa mémoire le doux visage d'une jeune demoiselle. Le problème, c'est que cette image correspondait à merveille à celle qui se trouvait juste devant lui.
Si lui déglutissait avec peine, la jeune femme semblait furieuse.
Dire qu'il avait eu envie de la revoir rien que pour admirer sa beauté - même si aux yeux du voleur, toutes les femmes ou presque sont charmantes. Aujourd'hui il se rendait compte que cette dame voulait certainement le frapper pour lui avoir volé un baiser.

Fidèle à ses habitudes, il plaça une phrase qui n'avait sûrement pas lieu d'être.

- Bien le bonjour mademoiselle.
Et il afficha encore ce sourire narquois et hautain dont il avait le secret.
Sans doute aurait-il dû faire profil bas, et partir en vitesse. Mais l'Immortel ne se défile pas n'est-ce pas ?

Fiche bye Ethna
Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Isabella Langley
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 120
✤ Inscrit le : 23/03/2014
✤ Localisation : Estbury Court
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: Re: Comme on se retrouve... | Isabella Lun 14 Juil - 10:57

Estbury sait être un endroit particulièrement ennuyeux lorsqu’on est bannie de sa grande bibliothèque par la force des choses. Père s’y trouve, en plein conciliabule avec ses conseillers pour discuter de l’année qui vient de passer, et de celle qui arrive. Les finances étant une chose qui m’ennuient au plus haut point, j’ai donc eu l’occasion de vivre un de ces début de journées où je ne peux que tourner en rond, comme un lion en cage, tout en allant surveiller à chaque instant que l’endroit qui appelle mon cœur et mon intellect est toujours totalement clos. Tous les ans, lors de cette journée, je finis par me faire mettre dehors par les serviteurs, car je finis par les ennuyer avec des questions répétée encore et encore sur leur famille, leurs amis, et leur vie en dehors d’Estbury. Oh, pas que ça m’indiffère le reste de l’année, au contraire, mais leur faire répéter quatre ou cinq fois la même chose en moins d’une demi heure, alors que je suis assise, la tête entre les mains, dans la cuisine, il faut avouer que c’est une chose qui exaspèrerait n’importe qui.

Alors, je me retrouve mise à la porte par ma servante préférée, une ombrelle dans une main, ma cape légère sur le dos, et un air blasé sur le visage. Je n’ai donc plus qu’à aller me balader jusqu’à la ville pour voir si je ne trouve pas quelqu’un qui aurait suffisamment pitié de moi pour me donner un livre. Diantre ! pourquoi n’ai-je donc pas pensé à en prendre un nouveau hier soir ! Je savais pourtant que j’allais être coincée dans la maison sans une page à lire aujourd’hui !

Après une bonne demi heure de marche, me voilà arrivée à la ville, et j’entre sans hésiter chez le marchand de livres pour écumer ses étagères, un air curieux sur le visage, jusqu’à ce qu’il finisse par me donner un nouveau livre qu’il vient juste de recevoir. Avec un sourire ravis, je le remercie, et il fait noter sur son livre de compte d’envoyer la facture à mon père, comme à chaque fois que je viens ici pour piller ses étagères. Je ressors de la boutique, commençant déjà à lire les premières pages, en avare de la lecture que je suis, mais je m’arrêtais, alors que d’un coup d’œil je surveillais que je n’allais entrer dans personne, cette fois. En face de moi se tenait un homme que je n’ai pas du tout envie de revoir. En fait, si je pouvais totalement oublier cet homme et le jour unique où j’ai croisé ce voleur. Oui, un voleur, qui a pris à la reine un bijou, et qui m’a volé à moi un baiser. Mon tout premier baiser.

Ha ça, si je n’avais pas eu ce précieux livre dans les mains, je suis certaine que je me serais certainement transformée en harpie pour lui donner deux ou trois gifles bien senties. Au lieu de ça, comme je n’ai pas envie d’abîmer mon bien à peine je l’ai eu entre les mains, je me contente d’en serrer la couverture entre mes doigts, et de foudroyer l’homme du regard. Qu’est ce qu’il fait ici ? Il vivait à Londres, pourquoi se trouve-t-il ici, à Estbury ? Il n’a rien à faire là, ce n’est pas chez lui. C’est chez moi.

- Bonjour ? C’est tout ce que vous avez à dire, voleur ?

Oh, je devrais crier au secours, et je devrais faire en sorte de le faire envoyer dans les geôles. Je suis certaine d’arriver à jouer la comédie pour faire croire à n’importe qui qu’il a essayé de me voler quelque chose, et ce n’est clairement pas sa tête de voleur qui va le sauver. Oui, oui, pour moi cet homme a une tête de voleur. C’est ce qu’il est, après tout.

- Vous avez cinq secondes pour me convaincre de ne pas vous faire jeter en prison.

Revenir en haut Aller en bas

Comme on se retrouve... | Isabella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Comme on se retrouve - with Ley' ♥
» Comme on se retrouve Mister Akane [Soma]
» Ash comme on se retrouve! PV Ashley Jones
» Comme on se retrouve ! Connard. ▬ Akemi & Alexi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: III. Estbury Village :: main Street-