I'm not a fragile princess [Lysander]



 
Vous trouverez ICI un important message

Partagez|

I'm not a fragile princess [Lysander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
E. Isabella Langley
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 120
✤ Inscrit le : 23/03/2014
✤ Localisation : Estbury Court
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: I'm not a fragile princess [Lysander] Lun 24 Mar - 11:54


I'm not a fragile princess

Quelques fois, je me demande pourquoi les hommes sont des hommes.
Bella & Lysander

Dehors, le soleil brillait, mais je n’avais pas cœur à sortir. Voilà une semaine que ce sale imposteur est là, parmi nous, à se pavaner comme une oie, alors qu’il brigue le statut et les terres qui ne reviennent à personne d’autre que ma sœur Mary. Je ne sais pas tolérer sa présence, comme je l’évite du mieux que je peux la plupart du temps. Je n’ai pas l’intention de lui laisser ne serait-ce qu’une chance de se montrer sous un jour qui me ferait peut être l’apprécier, comme je n’ai pas envie d’écouter grand-mère, lorsqu’elle me raconte que l’une de nous doit épouser cet homme, et que nous devons toutes trois nous montrer sous notre meilleur jour afin de lui plaire.
Aujourd’hui, dans le seul but d’éviter Lysander, qui avait, me semble-t-il, prévu une sortie à cheval avec Père, je m’étais réfugiée dans la bibliothèque, blottie dans un fauteuil, l’un de mes livres préférés sur les genoux, plongée dans un roman de cape et d’épée, bien loin de toutes ces préoccupations qui depuis une semaine torturaient mon esprit.
Néanmoins, il semblait dit que je n’allais pas pouvoir rester dans mon coin toute la journée sans personne pour m’embêter. Enfin, c’était peut-être ce qui s’était passé, au vu de la lueur qui décroissait à l’extérieur lorsque je relevais la tête, pour chercher à trouver l’origine des pas que j’entendais arriver. La démarche m’était inconnue, et je me demandais si c’était mon père, fatigué de sa chevauchée. Cependant, lorsque je vis apparaitre au détour d’une étagère Lysander, je ne pus retenir ma grimace. Levant les yeux au ciel, je rabaissais ma tête vers mon livre, espérant qu’il passerait son chemin, et me laisserai dans mon livre et ma solitude.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lysander R. Northon
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 191
✤ Inscrit le : 06/03/2014
✤ Localisation : Londres
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: Re: I'm not a fragile princess [Lysander] Mar 25 Mar - 3:42


 
∞ “I'm not a fragile princess”

E. Isabella Langley & Lysander R. Northon


Aujourd’hui, je devais accompagner le Baron pour une escapade à cheval. Quel mal m’avait-il encore pris d’être intéressé par l’Estbury Court ? Oh, ce n’est pas comme si je ne savais pas monter à cheval, loin de là même, j’affectionnais cela tout particulièrement mais, j’avais beaucoup de travail encore inachevé que j’avais pris avec moi et qui n’avançait guère. « Voyons, prenez donc un peu de bon temps au lieu de travailler » c’était ce que le baron et son épouse ne cessaient de me répété. Oh, pour sûr quand on a un domaine comme celui-ci et une rente honorable, on ne se soucie guère plus de travailler mais, ce n’était pas dans mon caractère. Enfin, la bien séance voulant que je me plie aux volontés pleines de bonnes intentions de mes hôtes, j’avais cédé. En me regardant dans le miroir ce matin là, je pris conscience que même si je ne le voulais pas, cette vie là serait la mienne plus vite que je ne l’imaginais, était la mienne devrais-je dire. J’avais fui durant des années me cachant derrière mon frère puis, mon père après le décès de Charles, pour moi j’avais encore le temps. Mais en voyant mon visage ce matin, ce fût comme si le temps m’avait rattrapé. Combien de temps avant que mon père ne décède et que je devienne Marquis ? Je laissais s’échappé un long soupire avant de regarder la fenêtre et le soleil qui brillait au-delà. « Oh Jane, si tu savais… » Murmurais-je pour moi-même avant de quitter la pièce. Elle ne saurait jamais et il faudrait bien qu’un jour je me fasse une raison. Il est des blessures que même le temps ne peut cicatriser. La porte passé, je repris contenance et bien séance pour retrouver à l’extérieur le baron et partir en sa compagnie pour une longue journée.
À dire vrai, je ne vis même pas passé le temps, la compagnie de cet homme m’était très agréable même si, j’avais parfois mal d’entendre parler d’héritage alors qu’il était encore bien de sa personne. Combien de fois je n’avais pas voulu lui dire que je n’en voulais pas de cet héritage ? Toujours cependant, je gardais ces paroles pour moi, ce n’était pas ce qu’il désirait entendre après tout. Les sujets de conversation n’étaient heureusement pas tous aussi désagréable que celui contre lequel je ne pouvais rien. Je suis avocat, les lois je les connais à force de les avoir étudié et faites appliquées. Parfois, je maudissais Charles d’être partit si tôt, d’avoir été si peu prévoyant et tant attiré par les plaisirs de la chair. Je suis le deuxième enfant, je ne devais pas hériter et je m’étais fais à cette idée… Que pouvais-je donc bien y faire, il était mort et enterré depuis plus de cinq ans maintenant.
De retour à la grande demeure familiale, je me retirais momentanément pour changer de tenue en vue du diner qui se tiendrait au soir. Je me posais un instant devant le secrétaire où était déposé mes travaux en cour et je tâchais de m’y attelé mais, en vain. J’étais trop occupé par la situation actuelle, je quittais la chambre et je me rendais au rez-de-chaussée étrangement désert. Ce n’était pas pour me déplaire pour autant. D’un pas assez décidé, je me rendais dans la bibliothèque, cherchant des yeux un titre accrocheur qui me permettrait momentanément de sortir de mes idées noires. Je posais les doigts sur un roman d’un certain âge mais, qui j’en étais sûr ferait l’affaire. Inspectant la couverture, je retirais ma veste pour avoir plus d’aise à l’avenir quand je tombais sur la deuxième fille du baron. Je la replaçais donc, histoire de rester convenable. Décidément, rien ne m’étais épargné aujourd’hui, la seule personne qui ne m’appréciait pas se trouvait dans la même pièce que moi. Je la saluais avec respect dû d’un : « Lady Isabella » et tournait les talons avant d’aller m’asseoir sur un autre siège de la bibliothèque.


 

 
code by PANICK!ATTACK


Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Isabella Langley
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 120
✤ Inscrit le : 23/03/2014
✤ Localisation : Estbury Court
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: Re: I'm not a fragile princess [Lysander] Jeu 27 Mar - 7:44


 
I'm not a fragile princess

 
Quelques fois, je me demande pourquoi les hommes sont des hommes.
Bella & Lysander

 
Si j’avais pu disparaitre sous terre pour ne pas qu’il me voit, je pense sans hésiter que je l’aurais fait. Sincèrement, qu’est-ce qu’il vient faire ici ? Il arrive, s’installe comme si c’était chez lui, et immédiatement toutes ces vieilles harpies de la haute noblesse décident qu’il serait bien que l’une d’entre nous épouse cet hurluberlu sortit de nulle part. Comment sait-on s’il est réellement ce qu’il prétend être, hein ? Comment peut-on savoir si c’est bien le bon Lysander, et pas un opportuniste qui a rappliqué chez nous pour faire croire à tout le monde qu’il est bien notre héritier, alors qu’en réalité notre héritier est perdu quelque part, attaché pieds et poings et qu’il crie au secours ?
Bon, d’accord, j’ai tendance à m’emballer. Je sais. C’est l’effet qu’ont sur moi les livres de cape et d’épée pleins de magie et de princes ensorcelés. Ah, si seulement je pouvais rester dans ces livres, à me contenter de vivre par et pour eux, oublieuse du monde extérieur et de ces intrigues auxquelles je n’ai jamais demandé à participer… J’aimerai parfois n’être qu’une simple roturière, maîtresse de mon destin, bien plus qu’une fille de noble perdue et coincée dans ces conventions tellement strictes que si j’en déroge, j’ai l’impression que les âmes de mes ancêtres vont revenir à la vie pour me taper dessus avec leurs cannes tordues.
Mais, encore une fois, je m’emballe, et il serait bon ton de répondre à Lysander, car peut-être est-il l’un de ces sales petits roquets qui font en sorte que tout aille mal pour les demoiselles qui les ignorent avec superbe. Je vois déjà ma grand-mère venir me voir, serrée dans sa robe, tenant sa cane devant elle comme s’il s’agissait d’un trésor et me toiser de haut en bas, avant de me dire, sur un ton aussi sec que hautain ‘souviens toi donc ce que je t’ai dit. Si l’une de vous épouse Lysander, nous garderons tous nos privilèges. Dans le cas contraire… ‘. Menaçante ? Certainement. Mais, au fond de moi-même, j’accepte de lui pardonner sans problème…. Enfin, presque. Si Lysander choisissait une autre demoiselle en mariage, à la mort de mon Père, elle perdrait tout son train de vie et toute sa fortune, et elle ne saurait réellement quoi faire ni comment vivre. Je la vois d’ailleurs très mal avoir un métier quelconque. Que pourrait-elle faire, d’ailleurs ?
- Bonjour.
Je fais mine de me replonger dans mon livre, bien incapable cependant d’arriver à en lire une seule ligne. Mon regard monte bien trop souvent par-dessus l’ouvrage pour aller dévisager l’homme quelques secondes, et tenter de percer ce qui se cache derrière son regard lointain. D’ici, je ne peux voir le titre de son ouvrage, et je n’en reconnais d’ailleurs pas la couverture. Mais, de nombreuses questions me taraudent, des questions qui n’ont rien à voir avec le titre de ce livre, que j’ai d’ailleurs certainement déjà lu vu le temps que je passe ici, dans mon sanctuaire. Pourquoi a-t-il fallu qu’il l’envahisse, d’ailleurs ? Je crispe la mâchoire à cette pensée, me demandant bien s’il compte se comporter comme s’il était chez lui, et non comme un invité, dans cette maison. Je ne peux retenir toutes les questions qui me viennent à l’esprit, aussi j’en laisse une sortir. On me dit effrontée, et bien tant pis. C’est une chose que j’assume parfaitement quand il s’agit de mon indiscrétion.
- Que pensez-vous du mariage, monsieur Northon ?
Mon regard amusé se pose donc sur lui alors qu’il relève la tête de son ouvrage, cherchant à décrypter toutes les nuances qui passeront sur ce visage. Pas qu’au fond de moi je n’ai la moindre envie de me lier d’amitié ou même de discuter avec lui, mais sa réponse – et ses réactions – me donneront peut être de quoi moucher ma grand-mère une bonne fois pour toutes, et récupérer cette liberté qu’on semble vouloir m’enlever depuis trois semaines qu’il est arrivé ici.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lysander R. Northon
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 191
✤ Inscrit le : 06/03/2014
✤ Localisation : Londres
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: Re: I'm not a fragile princess [Lysander] Mar 1 Avr - 10:54


 
∞ “I'm not a fragile princess”

E. Isabella Langley & Lysander R. Northon


Loin de moi l’idée de déranger les habitants de cette demeure, cela-dit j’avais eu l’impression que quoique je fasse, il était écrit que cela dérangerais lady Isabella. Dès le moment où j’avais posé le pied hors du fiacre, j’avais été marqué au fer rouge par son regard inquisiteur comme étant un indésirable. Honnêtement, je m’en moquais bien, cela m’amusait même en réalité, assurant en mon esprit que l’amabilité de mes hôtes – du moins des hôtesses – n’était pas tout à fait innocente. Cependant, j’appliquai à la lettre les recommandations du propriétaire des lieux à savoir : faites comme chez vous. Cela aurait été mal vu que je me mette mal à l’aise pour une personne. De toute façon, je savais par expérience qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, j’en ai vu beaucoup en tant qu’avocat et je ne me laisserais donc pas démonter par une jeune lady trop sûre d’elle et arrogante. Si, il lui plait de juger les gens avant de prendre le temps de les connaître, livre à elle. Certes, je me rendais moi-même coupable de préjugés en pensant ainsi, mais comment apprendre à connaître quelqu’un qui se ferme à vous sans aucuns motifs apparents et sans avoir l’intention de vous donner la possibilité même minime de s’ouvrir au dialogue ? C’est donc pour cela -afin aussi probablement d’avoir la conscience tranquille, car finalement il est plus important d’être bien vu par soi que par les autres et de vivre en paix avec sa conscience, après tout elle on ne peut s’en débarrasser au gré du vent. – que je gardais une attitude ouvert au dialogue avec miss Isabella même alors que j’étais absorbé par ma lecture.
Sa question me surpris au premier abord, qu’est-ce que le mariage venait faire ici ? Cependant, en bon avocat et donc maître de moi-même, je ne laissais rien transparaître ni dans mon attitude, ni dans mes gestes. Si même l’évocation du mariage me chagrinait énormément, la raison était bien trop personnelle, je n’irais pas donner cela en spectacle à la jeune femme qui semblait me méprisé au plus haut point. Je posais donc délicatement l’ouvrage sur la table et laissait une main posé contre ses pages pour ne pas perdre le fil du récit. Je fis un quart de tour sur ma droite pour poser mon regard de glace sur Isabella. « Je pense que c’est une phase importante dans la vie de tout être amoureux et désirant unir sa vie à celle de la personne qui lui est chère. Je déplore les mariages de convenances, mais notre siècle non et je ne suis qu’un humain parmi les autres. Un grain de sable dans l’océan, j’ose espérer que les mentalités changeront. »
Le souvenir d’un matin de printemps vient alors hanter ma mémoire. Un doux visage souriant, encadré de cheveux flamboyant dans les rayons du soleil et un regard émeraude qui brillait comme les étoiles. Le son d’une voix comblée de bonheur, un rire cristallin résonnant dans la campagne et la perspective d’un mariage heureux. Ensuite, la noirceur d’une nuit d’hiver et le glas lourd de la mort qui sonnait la fin des espérances et de mes rêves de bonheurs ainsi que de mariages. J’ajoutais alors de ma voix graves et profondes : « Et vous, Lady Isabella ? »



 

 
code by PANICK!ATTACK


Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Isabella Langley
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 120
✤ Inscrit le : 23/03/2014
✤ Localisation : Estbury Court
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: Re: I'm not a fragile princess [Lysander] Sam 5 Avr - 6:57


 
I'm not a fragile princess

 
Quelques fois, je me demande pourquoi les hommes sont des hommes.
Bella & Lysander

 
Il est dommage pour moi de ne pas voir le visage de Lysander se décomposer alors que je lui pose cette superbe question. Sa réponse, par contre, me laisse pensive quelques instants. Bien, si seulement il pouvait sortir ça à ma grand-mère et à ma mère, ça serait vraiment sympa. Après tout, s’il voulait se marier par amour, ce n’était pas avec moi qu’il le trouverait. Et, Mary pourrait peut être réellement plus heureuse si on lui laisse un peu plus de liberté.
J’hésite même à le dire à haute voix, pour qu’il sache un peu à quoi s’attendre ici, et je soupire un coup lorsqu’il me retourne la question, retenant – pour une fois – ma langue trop pendue. Si je veux le faire fuir à toutes jambes, il faut que je sois un peu plus intelligente que ça.
- Et bien, moi j’ai décidé depuis longtemps de ne pas me marier, je ne crois pas au prince charmant, et même si ma famille aimerait me voir faire un mariage d’arrangement ou non, je pense que j’aurais plus tendance à le faire fuir à toutes jambes qu’autre chose. Je tiens trop à mon indépendance pour laisser un homme dominer ma vie et mes désirs. Or, dans un mariage, il y en a toujours un qui doit tenir la culotte bien en main, et le souci c’est que notre société est ainsi faite que ce sont les hommes qui dirigent.
Et j’ai la langue trop pendue pour accepter ça. Je préfèrerai encore finir au couvent, bien que je trouve la religion d’un ennui profond, même si je crois qu’il existe un Dieu bienveillant. Je pense juste que la conception des Hommes est erronée, et bien trop cadrée, par rapport à l’amour que doit ressentir ce Dieu pour nous.
Quoi qu’il en soit, je ne peux m’empêcher de parler, encore et encore, alors que je ne connais pas réellement l’homme qui se trouve en face de moi, et que je n’ai aucune envie de le connaître. J’ai envie qu’il parte et qu’il refuse ce foutu titre. Je soupire et je relève les yeux de mon livre, que je contemple depuis quelques instants.
- Je ne suis pas née à la bonne époque, je pense…

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lysander R. Northon
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 191
✤ Inscrit le : 06/03/2014
✤ Localisation : Londres
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: Re: I'm not a fragile princess [Lysander] Jeu 10 Avr - 22:14


 
∞ “I'm not a fragile princess”

E. Isabella Langley & Lysander R. Northon


La deuxième fille Langley était donc la plus rebelle de toutes. C’était la conclusion que j’en tirais et ma foi, c’était tout à son honneur. À moins qu’elle n’essaie ainsi de me faire fuir… Malheureusement pour elle, j’ai la fâcheuse habitude d’appliqué le principe suivant : lorsqu’on ne veut pas de moi, je reste mais, quand on veut de moi, je pars. De plus, je ne voyais pas en quoi ses pensées me dérangeraient et encore moins, en quoi elles me ferraient fuir. « Je ne crois pas cela. Je ne pense pas qu’il y ait nécessairement besoin que quelqu’un tienne les rênes dans un couple. Vous avez une vision très noire des hommes, mademoiselle, mais je ne prétends pas vous faire changer d’avis. Vous avez le vôtre, j’ai le mien. Vous avez votre façon d’être et de penser et j’ai les miennes. Les hommes dirigent ? Pardonnez moi, mais nous avons une reine à notre tête et croyez moi, elle ne se laissera pas dicter sa conduite par quelqu’un. De plus, j’ai l’intime conviction que l’Angleterre c’est toujours mieux portée quand une femme était à sa tête. » Il suffisait d’avoir quelques bases d’histoire pour s’en rendre compte. Malgré toutes les horreurs qui se sont passé sous le règne de la reine Elizabeth 1ère, l’Angleterre était au sommet de sa gloire. « Tous les hommes ne sont pas les même, mais je crois, mademoiselle, que vous êtes trop étroite d’esprit pour vous en rendre compte et aussi que vous ne voulez tout simplement pas vous en rendre compte. Ce pourquoi, depuis que je suis ici, vous me traitez comme un cafard à écraser, sans doute dans l’espoir que je plie baguage. Hors, sachez ceci, je ne partirais pas avant que votre père m’en fasse la demande. Je suis ici à sa demande, pour lui et non pour vous. Je suis le seul parent qu’il lui reste et j’entends bien en ces termes être là pour lui et apporter mon aide qu’il a sollicité. Alors à moins qu’il ne me le demande ou que je sois rappelé d’urgence à Londres, vous continuerez de m’apercevoir en ces lieux, à votre plus grand chagrin. » Je repris mon livre en main et me levait de ma chaise avant de regarder la jeune femme dans les yeux. « Je ne vous ferais pas changer d’avis sur moi, je ne le cherche même pas car, ce serait visiblement une perte de temps. Cependant, je crois bon de vous informez, que je travail à Londres sur de nombreuses affaires où les femmes sont en partie laisée, que je tâche d’obtenir pour elles des droits que la loi leur refuse. Je suis spécialisé dans les droits des femmes. Alors, s’il y a bien une seule chose que nous ayons en commun, mademoiselle, c’est que nous ne sommes ni vous, ni moi nés à la bonne époque. Ne croyez pas que je me réjouisse que votre sœur ne puisse hériter du domaine mais, c’est quelque chose auquel je ne puis rien changer. Mais, si vous consentiez à ouvrir les yeux au lieu de garder des œillères, peut-être comprendriez-vous qu’en temps que futur marquis, je ne me soucie que peu d’un titre de baron supplémentaire et que par conséquent votre sœur et son futur époux seront les heureux locataires de cet endroit le moment venu. Pensez vous réellement que je sois ainsi homme à laissé mes cousines dans le déshonneur et la misère ? Si, tel est le cas, vous vous trompez, mademoiselle. » Je tournais les talons et m’éloignais dans la bibliothèque afin de reprendre paisiblement ma lecture après cette petite mise au point.



 

 
code by PANICK!ATTACK


Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Isabella Langley
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 120
✤ Inscrit le : 23/03/2014
✤ Localisation : Estbury Court
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: Re: I'm not a fragile princess [Lysander] Ven 18 Avr - 5:29


 
I'm not a fragile princess

 
Quelques fois, je me demande pourquoi les hommes sont des hommes.
Bella & Lysander

 
Il faut néanmoins que j’avoue une chose : il n’a pas tort sur le fait que nous soyons dirigés d’une main de fer dans un gant de velours par une reine forte et puissante. Quelques fois, j’aimerai être plus comme elle que comme moi, plus sûre de moi, alors que tout ce que je sais faire c’est me renfermer sur moi-même, et faire fuir les gens le plus loin possible en provoquant volontairement leurs limites. Je ne suis pas née dans l’époque où j’aurais dû naitre. Parfois, j’aime à penser que j’aurais été plus à ma place dans la Grèce antique, où les femmes avaient droit de parole. Sparte aurait certainement eu ma préférence, car leurs femmes savaient se battre, qu’elles savaient être fortes et faire entendre leur voix. La reine était, à mes yeux, un modèle à atteindre. Oh, je ne serais jamais reine, et je me voyais plus finir par m’enfuir avec un paysan pour mener une vie d’aventure bien plus extraordinaire que ce que cette vie pouvait m’offrir pour le futur.
- Je ne vous traite comme un cafard que parce que les complots de ma famille pour marier l’une de nous trois avec vous me donnent absolument aucune envie de vous connaitre ou de vous parler. Je trouve ça malsain, dégradant et absolument indigne. Je n’ai aucunement envie de vous voir si c’est pour être obligée par la suite de détailler chaque seconde de notre entretien à ma grand-mère, qui espère que je vais vous taper dans l’œil. Je ne veux pas me marier, et si je dois le faire, ce ne sera certainement pas avec vous.
Voilà, c’était sorti. Mon regard noisette se pose sur Lysander, un air dégouté que je ne tente même pas de cacher fixé sur mes traits. Prenant une grande inspiration, je lève la main pour l’empêcher de parler, et je décide de continuer, puisque j’ai commencé à crever cet abcès.
- Ne me dites pas que vous n’avez pas pensé qu’une personne comme ma grand-mère ou ma mère n’ait pas pu penser à ce genre de choses. Vous êtes marquis, vous le dites vous-même. Vous avez été élevé par le même genre de personnes, prêtes à tout pour manipuler, pour arriver à leurs fins, pour faire en sorte que tout aille dans le sens qu’elles ont choisi. Et, vous arrivez ici, et vous faites comme si de rien n’était. Comment pensez-vous que Marie, Lizzie et moi allions réagir ? Elles savent certainement le cacher mieux que moi, car elles sont plus conventionnelles que moi, mais elles ne doivent pas apprécier votre présence plus que moi. Mary était prête à se sacrifier pour vous plaire il y a peu. Sacrifier sa vie pour que ma grand-mère continue à vivre au train de vie absolument indécent qu’elle a toujours eu. Trouvez-vous ça normal ?
Je referme mon livre avec violence avant de me lever, emportée par la colère que je retiens depuis deux trop longues semaines.
- Je ne suis pas femme à détester les gens sans raison, ni à les mettre dans des cases sans être forcée à le faire. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, je préfère me retirer.
Je repose mon livre sur son étagère et je m’avance dans l’endroit, bien obligée de passer à coté de lui pour sortir de la bibliothèque.


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lysander R. Northon
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 191
✤ Inscrit le : 06/03/2014
✤ Localisation : Londres
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: Re: I'm not a fragile princess [Lysander] Dim 20 Avr - 6:48


 
∞ “I'm not a fragile princess”

E. Isabella Langley & Lysander R. Northon


Ainsi donc, là était la raison de cette animosité d’autant plus mal placé que la demoiselle jugeait presque que j’étais l’investigateur même de ces complots. Bien, il semblerait qu’en réalité, cette jeune femme ne valent pas mieux que ce qu’elle se persuade de détester. Ainsi donc, gardant un air totalement neutre et détaché, j’accueillais sa longue litanie, chargé d’insultes et d’ignorance. Pas une fois, je ne cherchais à l’interrompre, j’avais simplement eu envie de soupirer et ma foi, j’eu bien fait de ne pas le laisser m’échappé. Oui, ses paroles me fatiguaient, car son jugement tant erroné me concernant et concernant ma famille proche était fatiguant. Lorsqu’elle me demanda de l’excusé pour se retiré, je tournais à peine la tête pour la regarder. « Je ne vous excuse pas et ne vous permets pas de vous retirer. » Je fis alors un quart de tour pour la regarder bien en face. « Ne croyez pas que je suis homme à me laisser insulter de la sorte sans qu’on ne me laisse le temps de faire mon plaidoyer. Je suis avocat, souvenez-vous. Votre réquisitoire est des plus intéressants, mais j’ai grand regret de vous dire que vous vous trompez sur toute la ligne. Tant de verve pour dire des mensonges. Cependant, je vous pardonnerais aisément, car vous ne savez rien de moi, tout comme je ne sais rien de vous. Cependant, moi, je le reconnais, vous en revanche, vous êtes persuadé d’avoir raison sur mon compte. » Je fis un pas en avant et fixait mon regard azur dans les siens. « Permettez-moi, ma chère cousine, de vous en apprendre un peu plus sur moi. Peut-être vous rendrez vous compte, que vous vous montrez particulièrement cruelle envers moi et particulièrement bête envers vous-même. Que devant tout autre homme n’ayant pas mon expérience de magistrat, vous passeriez pour une idiote hautaine et arrogante. Je vous pardonne cependant, parce que vous êtes ma cousine et que je n’aime pas laisser des gens si plein d’esprit passé pour ce qu’ils ne sont pas. » Je croisais les bras contre ma poitrine et j’inspirais longuement. « Je suis le second fils de mes parents, rien ne me prédestinait à hériter de quoi que ce soit. Je subis donc autant que vous, la charge qui repose désormais sur moi. Donc, ce n’est pas par caprice que je suis devenu avocat, mais bien dans le but d’avoir un avenir et une situation convenable. Lors de ces études, j’ai rencontré une jeune femme de naissance peu noble : Jane Malgrow, fille de pasteur. Nous nous sommes fiancés, j’avais bon espoir de faire un mariage d’amour et je n’avais que faire de sa situation. Je l’aimais, d’un amour plus ardent et plus pur que vous ne pourriez l’imaginer. Elle décéda l’hiver qui suivit d’une longue maladie. Vous comprenez dès lors, chère Isabella, pourquoi à l’âge respectable de trente-cinq ans, je ne suis toujours pas marié. Mon père et ma mère cautionnaient ce mariage et ont toujours voulu que je choisisse mon épouse par le cœur et non la raison. Mon frère – Dieu ai son âme- avait moins de respect que moi pour les dames. Lieutenant dans l’armée britannique, il disparu, il y a quelques années des suites de la syphilis, contracté lors de ses… plaisantes soirées avec des dames de vertus plus basses dirais-je. Ainsi, je suis devenu le seul héritier du titre familial de marquis. Aujourd’hui encore, même après le départ de ma sœur pour l’Irlande avec son époux, jamais mes parents ne m’ont pressé de me marié. Ma sœur, elle-même, fit un mariage d’amour. Alors non, je ne me suis jamais imaginé que l’amitié que vos sœurs me faisaient depuis mon arrivé avait pour but de me séduire. Parce que je n’ai pas été élevé ainsi, mademoiselle, parce que comme vous le constaté, mes parents sont d’un tout autres genre que votre mère et votre grand-mère. » Je décroisais mes bras et j’allais ramasser le livre posé sur la table avant de regarder la bibliothèque. « Je pense que vous en savez désormais assez, pour bien vouloir croire que mes sentiments et mes intentions en venant ici étaient saines de toutes convoitises sur votre personne ou celles de vos sœurs. Que je ne suis ici qu’à la demande de votre père, que j’estime énormément et me plait à croire non concerné par ce complot. Mais j’aime autant vous dire, droit dans les yeux… » Je me tournais afin de le faire et m’approchait d’elle. « Que vu votre inclinaison à juger tout ceux qui pourrait être des amis pour vous et un soutient, car croyez bien que je serais le premier à venir à votre secours s’il le fallait un jour, vous seriez, Isabella, la dernière femme au monde que je souhaiterais épousé. Apprenez qu’en ce bas monde, tout le monde ne suit pas le troupeau et que je fais partie des moutons noirs, comme vous. » Je passais à côté d’elle dans l’optique de quitter la pièce. « À votre tour de m’excusez, je ne puis rester dans cette maison où je suis si indésirable une journée de plus. Vous m’excuserez de même auprès de votre famille, je ne souhaite pas dîner en leur compagnie et leur imposer mon insoutenable présence. Mademoiselle, je vous souhaite néanmoins, tout le bonheur du monde, la bonne santé et la bonne chance dans ce monde. » J’inclinais la tête et quittais la salle à grandes enjambées pour regagner ma chambre où, je ne manquerais pas de préparer mes baguages.

 

 
code by PANICK!ATTACK


Revenir en haut Aller en bas
avatar
E. Isabella Langley
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 120
✤ Inscrit le : 23/03/2014
✤ Localisation : Estbury Court
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: Re: I'm not a fragile princess [Lysander] Ven 25 Avr - 8:05


 
I'm not a fragile princess

 
Quelques fois, je me demande pourquoi les hommes sont des hommes.
Bella & Lysander

 
Je reste sans voix pendant qu’il parle, en apprenant plus sur lui durant ces quelques secondes que durant les quinze derniers jours. Alors qu’il commence à s’éloigner, le rouge me monte aux joues, et c’est un autre type de colère qui grossit en moi. Ce n’est pas à Lysander que j’en veux. Non, c’est à moi. Je m’en veux d’avoir été simplement une petite princesse pourrie gâtée, et incapable d’ouvrir les yeux par elle-même. Je n’ai su qu’écouter ma grand-mère et ma mère, et je n’ai jamais réellement cherché à me faire ma propre opinion. Pourtant, aujourd’hui, il faut avouer une chose : j’ai été dans l’erreur. J’ai été idiote de refuser la simple présence de cet homme sur les racontars et inventions dont on m’a abreuvée.
Alors qu’il s’éloigne de moi comme au ralenti, je comprends l’erreur dans laquelle j’ai été, et je ne peux que me précipiter pour l’attraper par le bras.
- Attendez.
Oh, ce n’est pas par peur d’être punie ou grondée par Père qui m’envahit, non. C’est autre chose, une idée qui viendra peut-être changer les choses.
- Je m’excuse. Je me suis laissé envahir par les racontars de ma famille, et je ne peux prétendre savoir des choses sur vous sans vous parler. Je n’ai pas cherché à voir plus loin que le bout de mon nez. Je ne connais que ce qu’il se passe dans cette famille précise, et c’est le seul modèle que j’ai jamais eu. Je ne pouvais savoir que votre famille était plus ouverte d’esprit que la mienne, et bien moins ancrée dans ses traditions parfois stupides.
Je relâche son bras, bien consciente que je ne suis pas à ma place, en insistant de la sorte. Pourtant, je n’ai jamais été réellement à ma place, alors pourquoi ne pas continuer ?
- Ma grand-mère m’a monté la tête, et je ne l’ai pas vu venir. Je vous ai détesté à la seconde où on m’a parlé de vous, en des termes hautains et elle vous a fait passer pour une personne incapable du moindre sentiment, qui nous aurait jeté dehors sans la moindre compassion.
Evidemment, c’était faux : mais je ne pouvais pas le savoir avant de prendre le temps de parler avec lui. Je n’aurais pas dû mettre aussi longtemps à voir que j’avais tort, et que je n’étais qu’une sale gamine. Je ne suis qu’une sale gamine. Pas la peine de parler au passé. Je suis loin d’avoir la maturité qu’une jeune femme de vingt et un an devrait avoir.
- Si je puis me permettre, je pense qu’il faudrait leur donner une leçon. Les sortir de leur… comment dire ? Obscurantisme ? Nous pourrions commencer par prendre le temps de nous connaitre… Réellement, au-delà de tous ces préjugés qui nous séparent, et ensuite nous jouer d’elles.
J’ai peur, maintenant. Peur de voir ce qu’il va me répondre. Alors, je m’incline légèrement et je termine :
- Réfléchissez-y, en tout cas.
Serrant mon propre livre contre ma poitrine, je me retourne pour m’éloigner dans le long couloir et retourner à ma chambre.
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lysander R. Northon
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
✤ Messages : 191
✤ Inscrit le : 06/03/2014
✤ Localisation : Londres
Fiche RPG
my diary
my life:

MessageSujet: Re: I'm not a fragile princess [Lysander] Ven 2 Mai - 4:46


 
∞ “I'm not a fragile princess”

E. Isabella Langley & Lysander R. Northon


Alors que j’avais déjà déposé ma main sur la rampe de l’escalier, je me sentis happé le bras avec force. Je tournais dès lors la tête vers Isabella et écoutait ses justifications sans me départir de mon air neutre. Il semblerait que mes paroles aient fait leur chemin dans la tête de la jeune femme. Je ne me sentais pas offensé qu’elle me tienne ainsi, même si les convenances le voudrait, mais comme je l’avais si bien fait comprendre à la demoiselle, je n’étais pas enfermé dans le même carguant que le reste de la société. Je haussais cependant un sourcil, ainsi donc c’était tout ce qu’on pensait de moi dans cette maison, que j’étais sans âme et sans cœur ? Je détestais cordialement les préjugés et j’en étais la victime aujourd’hui. Peut-être que cette parfaite maîtrise de moi en était responsable ? Cependant, je ne pouvais le croire. Je n’avais jamais rencontré la famille Langley jusqu’ici et si j’étais connu ainsi que respecter à Londres, je ne l’étais sans doute pas à la campagne. Je n’avais pas la prétention non plus d’avoir du succès. Elle lâcha mon bras sans que je n’ai rien dit à ce propos, même pas laissé un regard couler sur sa main. « Et pourtant, je suis plus capable de compassion que la plus part des gens de cette maison, je pense. » Car, de la compassion aucune femme ici présente n’en avait eu pour moi. Aucune n’avait pris la peine de voir la situation de mon point de vue ou ne s’était demandé ce que je pensais de cela. Je ne fis pas la même remarque vis-à-vis des sentiments, car toute personne est capable de sentiment, même la pire des crapules, mais cela est un débat aussi philosophique que psychologique dans lequel je ne me lancerais pas.
Peut-être oui, qu’il serait de bon ton de donner une leçon d’humilité à ces gens prétentieux de croire pouvoir cerner les personnes par leurs titres ou leur situation. Pire encore, d’oser comploter ainsi contre moi dans un sens plus encore que contre les leurs. Cependant, je n’étais pas encore totalement certains de vouloir me lancer là dedans. Je suis après tout de nature suffisamment rancunière pour plier bagage sans le moindre mot sur cette histoire et ne jamais oublier cependant la façon dont la jeune lady m’avait traité. Qui n’était pas très agréable et à mon sens nullement méritée. Je la regardais s’éloigner sans bouger d’un centimètre avant de l’appelée. « Isabella ! » Une fois qu’elle se fût arrêtée et retournée, je repris la parole. « Vous m’avez insulté, blessé… vous mériteriez même que je vous abandonne à votre sort… » Cependant, je n’étais pas du genre à aller raconter ce genre de chose et je ne souhaitais aucun mal à la jeune femme après tout. «Cependant, Je réfléchirais cependant à cette idée. Bonne nuit. » Je montait alors l’escalier et retournait dans ma chambre pour m’installer à mon secrétaire et rédiger une longue lettre à l’intention de ma mère.

THE END
 

 
code by PANICK!ATTACK


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
est mon nom et il n'appartient qu'à moi
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: I'm not a fragile princess [Lysander]

Revenir en haut Aller en bas

I'm not a fragile princess [Lysander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Lysander Sarhtorian : présentation [validée]
» Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile.. | Asher
» [A reprendre - Elève - Héritier] Lysander Scamander (Thomas Brodie-Sangster) ~ 3e année à Serdaigle
» Lysander Luke Crooks ♦ Be yourself. Terminée.
» l'humour est un masque fragile (merci Digidix pour ce titre qui claque j'aurais pas fait mieux :) ) [pv Zassou]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: III. Estbury Village :: Estbury Court-